Le label « Ville Eco-propre »

En 2019, sept villes obtiennent la 4e étoile du label « Ville Eco-propre ». Le label récompense les collectivités qui s’engagent à améliorer durablement la propreté des espaces publics. Six villes obtiennent la 3e étoile, quatre obtiennent la 2e étoile et quinze la 1ère. Ces labels ont été remis lors des Rencontres nationales de l’AVPU qui se sont déroulées à Versailles le 21 mars

En 2019, 71 collectivités bénéficient du label Ville « Eco-propre ». Ce label récompense les collectivités qui s’engagent dans des plans d’action à moyen terme pour améliorer DURABLEMENT la propreté de leurs espaces publics.

Par durablement, il faut entendre que le label valorise, au fil de ses différentes étoiles (5 au total), les moyens mis en œuvre pour diminuer la salissure (équipements, communication, médiation, sensibilisation, coercition, etc.) obtenue par une amélioration durable des comportements des usagers sur l’espace public.

Les 5 étoiles du label

Le label « Ville Eco-propre »créé en 2016 est constitué de 5 étoiles :

  • 1ère étoile : s’évaluer et se faire analyser

Les villes obtiennent la première étoile en mettant en œuvre la méthodologie d’évaluation de l’AVPU : Les Indicateurs Objectifs de Propreté (IOP) pour identifier leurs points forts et leurs points faibles au regard des moyennes enregistrées par l’ensemble des collectivités.

Par cette démarche d’évaluation et d’acceptation d’une analyse critique, les villes labellisées participent à la création d’un référentiel national qui permet à chaque ville de savoir comment elle se situe par rapport à une moyenne nationale.

  • 2e étoile : réagir avec un plan d’action

La deuxième étoile récompense les collectivités ayant déjà obtenu la première étoile et qui mettent en œuvre des plans d’action au regard de l’analyse des évaluations de l’année précédente.

  • 3e étoile : inscrire ses actions dans une logique de développement durable

La troisième étoile valorise les collectivités qui s’inscrivent dans une logique de développement durable dans un ou plusieurs domaines liés au nettoiement.

  • 4e étoile : développer l’implication citoyenne

La quatrième étoile incite les collectivités à associer les habitants aux actions de propreté urbaine.

La 5e étoile nécessitera de présenter un dossier complet sur les actions engagées par la collectivité démontrant qu’elle a investi toutes les thématiques de la propreté urbaine et que les réponses apportées ont permis d’améliorer durablement la situation.

Les collectivités labellisées 1ère étoile en 2019 :

  • Auch
  • Bayonne
  • Cenon
  • Champigny-sur-Marne
  • Courthézon
  • Evreux Portes de Normandie
  • Gravelines
  • Hénin-Beaumont
  • La Baule
  • Maîche
  • Nîmes
  • Puteaux
  • Romans-sur-Isère
  • Rouen
  • Sin-le-Noble

Les collectivités labellisées 2e étoile en 2019 :

  • Dreux
  • Marvejols
  • Montigny-lès-Metz
  • Villefranche-sur-Saône

Les collectivités labellisées 3e étoile en 2019 :

  • Bobigny
  • Brétigny-sur-Orge
  • Le Havre
  • Les Mureaux
  • Roubaix
  • Caen

Les collectivités labellisées 4e étoile en 2019 :

  • Antibes
  • Douai
  • Metz
  • Montpellier Méditerranée Métropole
  • Nice (Métropole Nice Côte d’Azur)
  • Niort
  • Saint-Brieuc

La propreté urbaine en France en 2018

Le constat est simple : ce qui salit nos espaces publics est très majoritairement engendré par les comportements des usagers. Le référentiel de l’AVPU le démontre et permet d’identifier très concrètement les différentes salissures de nos trottoirs.

Voici comment elles se répartissent :

L’Indicateur Moyen de Salissure (IMS)

L’indicateur moyen de salissure (IMS) est un ratio qui mesure le nombre moyen de salissures sur une surface de 100 m2.

Ces données permettent à chaque ville de se comparer et d’identifier les problématiques les plus importantes. Dès lors, la collectivité peut engager un plan d’action pour réduire les salissures dont le différentiel avec les moyennes est le plus important.

Au-delà du nettoiement de l’espace public, l’enjeu pour les collectivités est d’amener l’usager à ne pas jeter son papier, son mégot ; à ramasser la déjection de son animal ; à ne pas abandonner son sac d’ordures ménagères en dehors du moment du ramassage et à ne pas générer de dépôts sauvages.

Ainsi, pour encourager les collectivités locales à engager des plans d’action visant à modifier les comportements des usagers, l’AVPU a créé le label « Ville Eco-propre ».